Préserver les richesses naturelles

La préservation de l’environnement et de la biodiversité est l’une des principales missions des Parcs naturels d’Île-de-France. À chacun sa méthode, à chacun ses projets, mais un objectif partagé : préserver les ressources naturelles et la biodiversité propres à l’identité du territoire francilien.

Vexin français

À Théméricourt, le musée du Vexin Français propose aux visiteurs une découverte sensorielle du jardin.

Regarder, observer, explorer, toucher, sentir : voici les mots clés du jardin expérimental mis en place par les équipes du Parc. D’une superficie d’environ 250 m², ce jardin, en évolution permanente, invite les visiteurs à découvrir des plantes aromatiques, médicinales, décoratives, odorantes… Pour améliorer la biodiversité au sein des espaces verts du Parc, la majorité des plantes présentées favorise la présence d’insectes butineurs (abeilles, papillons, bourdons…). Ces insectes permettent la pollinisation des fleurs et donc la sauvegarde de ces espaces. Ce jardin s’inscrit dans une démarche durable : aucun pesticide ni herbicide n’est utilisé pour son entretien.

Le jardin expérimental du Parc fait découvrir aux plus petits des plantes aux odeurs et aux pouvoirs insoupçonnés. Et, pour les plus grands, le Parc du Vexin français propose conseils et techniques pour pouvoir réaliser chez eux un jardin favorisant la biodiversité.

Gâtinais français

Autre initiative remarquable, celle du Parc du Gâtinais français qui sensibilise les habitants et collectivités à l’importance de préserver l’une de nos plus précieuses ressources : l’eau.

Pour ce faire, le Parc a lancé en 2007 une opération expérimentale qui consiste à tester les possibilités de récupération d’eau de pluie et à mesurer les quantités pouvant ainsi être récoltées. Ainsi, 200 récupérateurs d’eau (de 650 litres) ont été remis aux quatre communes volontaires pour le test : Achères-la-Forêt, Auvers-Saint-Georges, Buno-Bonnevaux et Nanteau-sur-Essonne, qui les ont répartis entre habitations privées et quelques bâtiments communaux. Fin 2010, on estimait à 200 m3 d’eau les quantités d’eau récupérées, et donc non prélevées dans le circuit d’eau potable. Un résultat très satisfaisant !

Une exploitation agricole s’est également engagée dans cette expérimentation. Ayant fait l’acquisition de deux citernes de 10.000 litres, elle est aujourd’hui totalement autonome pour l’utilisation professionnelle de l’eau : arrosage, traitements et nettoyage du matériel. L’opération est un succès !

Haute Vallée de Chevreuse

Aujourd’hui et pour demain, il est possible de considérer différemment le jardin et de l’associer à la recherche d’un environnement respectueux de la biodiversité et des paysages. C’est pourquoi le Parc de la Haute Vallée de Chevreuse a mis en place un guide « éco-jardin » destinés aux particuliers.

Le Parc met à disposition des habitants un livret, une invitation à découvrir les gestes favorables à l’environnement, les trucs et astuces adaptés aux différents milieux. Ce livret permet de mieux comprendre le fonctionnement de notre jardin, et de faire des choix d’aménagement qui respectent les équilibres biologiques.

Oise-Pays de France

Depuis plusieurs années, les associations, élus et collectivités ont pris conscience de l'importance des landes en tant que patrimoine naturel. La présence d'espèces rares, et leur intérêt scientifique et paysager, justifient leur protection et leur valorisation.

Face à la perte de presque 90% des landes composant son territoire, le Parc Oise-Pays de France réagit. En collaboration avec le Conservatoire d’espaces naturels de Picardie, l’Office national des forêts et le Centre régional de la propriété forestière, des initiatives de préservation des landes ont été mises en place : il s’agit de reconnecter les différents espaces, de restaurer ainsi les corridors écologiques et de gérer les réservoirs de biodiversité.

Le Parc Oise-Pays de France a également remis au goût du jour des pratiques oubliées : le débardage à cheval et le pâturage. Ainsi, ce sont les moutons qui entretiennent les landes afin de les conserver en bon état sans intervention directe de l’homme.


Natureparif

Depuis 2008, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité regroupe les bases de données sur la biodiversité francilienne, met les spécialistes en relation et sensibilise le grand public.